Le Sadomasochisme

Par Olive O
sadomasochisme

Qu’est-ce que le Sadomasochisme ?

La notion de sadomasochisme est souvent employée dans le langage commun mais peu de personnes savent parfaitement à quoi cette pratique sexuelle fait vraiment référence. Pour les adeptes du sm, la douleur est source de plaisir. Pour parvenir à la jouissance, la domination, l’humiliation et la douleur sont utilisés comme moyen pour atteindre le plaisir le plus intense. La dénomination-même de sadomasochisme permet de comprendre tous les aspects et comportements de cette pratique sexuelle à travers les deux termes qui la composent : Le sadisme et le masochisme. Faisant directement référence au fameux Marquis de Sade, le sadisme désigne le plaisir qu’éprouve une personne à faire subir des sévices et des souffrances à un autre individu. Le masochisme, quant à lui, désigne le plaisir et même le besoin qu’éprouvent certaines personnes à éprouver des souffrances et les subir. Ces deux notions sont complémentaires dans le SM puisque les besoins sadiques et masochistes vont pouvoir s’y rencontrer et être assouvis l’un comme l’autre. La pratique du sadomasochisme entre deux personnes va se fonder sur un rapport mettant en relation le dominant et le dominé. Chacune des parties va chercher à parvenir à la jouissance par le biais de la réalisation de scénarios spécifiques, de sévices et violences aussi bien physiques que verbales.

Comment se pratique le Sadomasochisme ?

Si une certaine forme de SM soft semble aujourd’hui avoir été intégrée dans la vie sexuelle classique des couples, par la démocratisation de la pratique de la fessée ou de l’utilisation des menottes notamment, le véritable sadomasochisme place le curseur à un degré nettement plus élevé et requiert un investissement physique et psychologique conséquent de la part des pratiquants. La réalisation d’une vraie séance de sadomasochisme requiert un véritable travail de mise en scène pour favoriser l’immersion totale des adeptes. Cela passe tout d’abord par le choix du lieu. A ce titre, il existe en France notamment un certain nombre de clubs spécialisés où les adeptes peuvent évoluer dans un environnement propice à la réalisation de tous les fantasmes. En second lieu, le SM est avant tout un jeu de rôle dans lequel chacun dispose d’un statut particulier, qu’il s’agisse du dominant comme du dominé. Le port de déguisement ou de costume est une pratique courante dans l’univers du SM pour permettre à chacun de mieux s’approprier son rôle et sa fonction. Egalement, parmi les multiples pratiques sexuelles existantes, l’une des particularités du sadomasochisme est l’usage de différents objets qui sont employés dans le cadre du jeu de la domination / soumission. Qu’il s’agisse du fouet, de la cravache, du martinet, des chaînes ou encore des menottes, la gamme d’instruments mise à la disposition des adeptes est impressionnante.

La relation dominant / dominé  

Au cours du déroulement d’une séance sm, le dominant ou maître met en place un processus visant à soumettre la personne dominée. La domination de l’esclave va pouvoir se manifester de différentes manières et à travers plusieurs pratiques. L’esclave va subir différentes formes d’humiliations physiques ou psychologiques. Ces humiliations sont à l’initiative du dominant et peuvent notamment se manifester par exemple avec certaines positions humiliantes et par le fait d’entraver l’esclave avec des liens ou des chaînes. Parmi les sévices physiques que peut décider de mettre en œuvre le dominant, il y a plus particulièrement la flagellation (fouet, cravache, etc …), l’introduction de divers objets dans les orifices vaginale ou anal. Il s’agit là des formes de sévices les plus courantes utilisées par les pratiquants. Les adeptes les plus extrêmes n’hésitent pas à aller encore plus loin et vont jusqu’à la scarification ou les brûlures. C’est dans ce contexte que l’on peut vraiment distinguer le SM soft du SM hard qui ne concerne qu’une petite partie des pratiquants.

 

Le sadomasochisme est souvent considéré à tort comme une pratique sexuelle déviante. Hors, l’une des caractéristiques principales du sadomasochisme est de reposer sur un contrat établi entre la personne dominante et son « esclave ». Le contrat qui est instauré entre les deux parties établit des règles et des limites à ne pas franchir. De même, les rôles de dominant et de dominé peuvent être librement interchangeables selon les désirs des adeptes et pour diversifier les jeux de rôle et les situations. En ce sens, la position de maître ou d’esclave n’est pas durable dans le temps et ne se limite qu’à la durée de la séance. Egalement, il n’existe pas de répartition des rôles par sexe. L’homme et la femme peuvent indifféremment être amenés à jouer le rôle du maître ou de l’esclave pour des jeux diversifiés et toujours nouveaux.

 

Le sadomasochisme : Une pratique réservée aux adultes consentants    

 

Si le sadomasochisme ouvre la voie à une sexualité non conformiste et aux multiples variantes, ce type de pratique n’est pas sans présenter certains risques pour les non-initiés ou pour celles et ceux qui auraient transgressé le contrat établi entre le dominant et le dominé. Certaines pratiques du SM peuvent se révéler dangereuses lorsqu’elles ne sont pas correctement réalisées. Le but du sadomasochisme ne doit pas être de provoquer des blessures chez l’autre mais bel et bien de parvenir à la jouissance par la douleur. Pour éviter qu’une telle chose ne se produise au cours d’une séance, il est impératif que les deux partenaires établissent avant de débuter leur séance un code qui permettra à la personne soumise de faire cesser immédiatement le jeu pour quelque raison que ce soit. Ce code peut prendre la forme d’un mot d’alerte ou d’un geste bien précis que la personne soumise pourra utiliser en cas de trop forte douleur ou si elle souhaite que l’action pratiquée s’arrête. La pratique du sadomasochisme s’appuie avant tout sur le respect et l’écoute de l’autre. Le SM est une pratique sexuelle fascinante à bien des égards et qui compte différents degrés de pratique, du plus soft au plus extrême. Il nécessite, pour que chaque séance soit source de plaisir pour les deux partenaires, que la sécurité et le respect soient deux préoccupations majeures pour les adeptes qui s’y adonnent.

  • sadomasochisme
  • sadomasochisme