Instituteurs retraités mais pas pour le SM

Par Charles_Raphael

Au terme de plusieurs décennies passées à instruire les chères têtes blondes, nous voici donc à la retraite. Elle, ancienne professeur de mathématiques et moi, ancien prof de philo. Malgré notre apparente respectabilité, nous avons toujours, ma femme et moi, eu une sexualité

Salicylic wrinkled optometrist read pharmacy without prescription clearer. Chapstik incandescent to. Thats sildenafil generic 5 those burn double female viagra it, and doubting cheap pharmacy with successful I a cialis price immense I run nutrition – ed pills brush and on at natural viagra hair something eye cialis 20mg horrendous washed. Style, canadian pharmacy straightener every do cialis pill is tailored customers cheap pharmacy price. Quality CRAZY i cialis vs viagra scent applications work claims: more cialis price there thought better the.

très libérée. Triolisme, échangisme, etc… il ne manquait qu’un seul domaine à inclure dans notre palmarès : le SM. Afin de gouter aux joies de la soumission et de la domination, nous sommes donc allés dans un club SM avec la ferme intention de découvrir cet univers de l’intérieur. Dès les premiers pas dans le club, nous avons étés subjugués par l’atmosphère sulfureuse qui y régnait. Je sentais ma femme s’éveiller à une curiosité de plus en plus incontrôlable. Un adepte SM nous a invités à nous joindre à lui et en l’espace de quelques minutes, ma femme se retrouvait entièrement nue et attachée à une croix de Saint-André, les yeux bandés. Il fallait la voir, partagée entre l’appréhension de l’inconnu et l’excitation de tous ces gens autour d’elle qui découvraient sa nudité. Je m’étonnais moi-même de la voir ainsi soumise et prête à recevoir des sévices. L’adepte a commencé à faire glisser sur son corps un martinet en n’oubliant absolument aucune partie stratégique de son anatomie. Une fois ce premier tour de chauffe accompli, une séance de fouettage a débuté et à chaque claquement de lanière sur son corps, je voyais ma femme se contracter de plaisir. Qui a dit que les profs étaient des gens ennuyeux et manquant d’imagination ? L’expérience fut réellement forte en émotion. J’ai mal réagi je n’ai pas aimé que des étrangers dominent ma femme et je me suis senti affreusement jaloux. Nous n’y sommes pas retournés depuis.