1er date av une lesbienne

Par Caroline_Matthieu

Il y a des rencontres dans votre vie qui vous chamboulent complètement et qui vous font voir la vie différemment. En ce qui me concerne, mon choc s’appelle Gaëlle et j’aimerais vous raconter mon histoire. C’était il y a presque 10 ans. Cela faisait 2 ans que j’étais en couple avec Olivier et nous nous entendions très bien. Parmi nos amis, nous avions un couple de lesbiennes adorables que nous voyions souvent. Un week-end Olivier était parti et les filles m’ont proposé de se joindre à elles pour aller boire un verre dans un bar lesbien parisien. Bien entendu, cette invitation était sans arrière-pensée l’idée était de me changer les idées. Une fois sur place, nous nous sommes installées et j’ai découvert un bar un peu austère pas très joli pour tout dire. C’est la première fois que je mettais les pieds dans un bar lesbien et je ne me sentais pas forcément à l’aise. Jai senti tous les regards se porter sur moi c’était peut être que dans ma tête ! Je me proposais d’aller commander au bar. Au comptoir, j’effleurai involontairement une femme qui se retourna vers moi. Nos regards se sont croisés et je fus pris d’une étrange sensation. J’avais beau être hétéro, cette femme-là me faisait un drôle d’effet tant elle dégageait quelque chose de spécial elle était hyper jolie, un peu plus âgée, mais vraiment très belle. Une beauté classique, élégante comme on en voit rarement. Nous avons parlé quelques minutes et fait connaissance. Elle s’appelait Gaëlle. Nous nous sommes rapidement échangés nos numéros après quelques minutes car elle m’a dit devoir partir et en effet, une fois de retour avec mes amies elle n’a pas tardé à quitter le bar. La soirée fut sympathique mais je restais émue par cette rencontre. Le lendemain Gaelle m’envoya un texto pour me proposer qu’on se revoit. Pour une raison que j’ignore, j’avais conscience de jouer avec le feu et c’est en toute connaissance de cause que j’acceptais, me sentant attirée par elle. Après deux heures passées à discuter et à nous découvrir de réelles affinités, la discussion s’est orientée vers des sujets carrément plus chauds et elle est entrée dans le vif du sujet. Elle m’a avoué être une dominatrice, ce qui ne m’évoquait pas grand-chose. Elle me proposa de me montrer comment sa nature dominante s’exprimait. Je l’ai laissée m’embrassée, ce fut franchement merveilleux… plein d’adrénaline. Mon tout premier baiser avec une femme. On s’est vue encore deux fois après avant que je me décide à passer le pas. Je n’ai pas parlé à Olivier de cette rencontre, j’avais envoie de vivre cette expérience seule. Pour le 3èm rendez vous nous nous sommes retrouvées chez elle. J’acceptais enfin. Elle était ravie. Elle m’embrassa avec passion. Un vrai délice ! Elle me demanda si j’étais prête à découvrir sa nature « obscure », question à laquelle je répondis oui. De toutes mes expériences sexuelles, celle que je vécus avec Gaëlle fut la plus intense, la plus marquante, la plus rock and roll. Au cours du mois que dura notre liaison, je tombais amoureuse d’elle et j’aimais par-dessus tout sa volonté à me contrôler et prendre soin de moi en même temps. Chaque fois que nous nous retrouvions, elle faisait de moi son esclave. Fessées, punitions, mains attachées faisaient partie du programme et dont je prenais à chaque fois un peu plus goût. J’avais vraiment l’impression de vivre un moment fort partagé, pourtant elle décida de mettre un terme à notre histoire brutalement, au moment même où je me sentais addict de nos séances sadomasochistes. J’ai senti ensuite un grand vide et une profonde tristesse elle m’a beaucoup manqué les premiers jours. Mais finalement je me dis que c’était une relation malsaine et que c’est un mal pour un bien.